Carte mentale de la dysgraphie par www.dys-positif.fr

Il existe des enfants avec des troubles beaucoup plus profonds qui créent des freins à leur capacité à écrire ? Comme les TDAH, les dyspraxiques, les dyslexiques, les syndromes génétiques.

  • Les enfants atteints de TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) rencontrent souvent des problèmes avec l’écriture car écrire nécessite de l’attention et une maîtrise du geste.
  • Comme la dyspraxie qui est un Trouble Spécifique d’Apprentissage (TSA) qui se caractérise par une affection de la planification des mouvements et la coordination en raison d’une altération de la communication entre le cerveau et le corps. Aussi appelée trouble développemental de la coordination (TDC), trouble d’acquisition de la coordination (TAC) ou dyspraxie développementale (DD), les enfants ont du mal à écrire parce qu’une altération de la capacité à exécuter de manière automatique des mouvements déterminés et doivent contrôler volontairement chacun de leurs gestes, ce qui est très coûteux en attention, et rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante extrêmement difficile.
  • Ainsi la dyslexie peut engendrer des problèmes d’écriture pour l’enfant car c’est un un trouble de la lecture et de l’écriture spécifique et durable chez l’enfant.

Toutes ces pathologies, concernent la graphothérapie clinique, racine de la graphothérapie pédagogique. L’objectif de la rééducation reste la même : redonner confiance à l’enfant et débloquer son geste graphique en l’aidant à développer ses facultés motrices et lui permettre d’écrire.

Guide de la graphothérapie et de la rééducation de l'écriture manuscrite

La plupart des graphothérapeutes sont aussi des graphologues et intègrent une approche très psychologique

La prise en compte de la psychologie de l’enfant est capitale en rééducation de graphique et motrice, surtout quand l’enfant porte des handicaps.
La graphothérapie peut être un atout pour aider les enfants atteints de handicap à se concentrer grâce à :

  • des exercices visuo-moteurs,
  • des exercices de relaxation,
  • des exercices de mémorisation.

Avec la graphothérapie, l’écriture est abordée de manière complètement détournée : des exercices de gestuelles, des activités ludiques, pour que l’enfant parvienne au geste graphique (écriture) sans vivre tous les blocages qu’il peut avoir à l’école. Lors d’une séance, l’écriture n’est pas vécu comme une matière scolaire, mais comme une aventure à vivre.

L’écriture est chargée en émotions

Grâce à la graphothérapie, les enfants porteurs de handicaps peuvent trouver un moyen d’exprimer leurs émotions. Dans un exercice de graphothérapie, chaque lettre a une couleur et une signification émotive. En partant de ce que l’enfant ressent, il apprend mieux.

La graphothérapie apporte de grands bénéfices sur la concentration et l’attention souvent très difficile pour les enfants hyperactifs atteints de TDAH. En les aidant à vivre leur écriture manuscrite comme une caresse, on aide les enfants hyperactifs à prendre conscience de leurs corps et sortir de leur bulle. Tout doucement, ils s’ouvrent et découvrent qu’eux aussi peuvent être créateur de beau en écrivant de belles lettres à la main.

Il y a de plus en plus de cas de “DYS”, qu’est-ce que la dysgraphie et comment aider mon enfant dysgraphique à mieux écrire ?

La dysgraphie est un trouble qui touche l’automatisation du geste fin. Malgré un apprentissage de l’écriture à l’école, ou des exercices répétés, l’enfant n’arrive pas à ce que les gestes de l’écriture manuscrite deviennent des réflexes.

Voici les principaux symptômes de dysgraphie :

Est-ce que tous les enfants qui écrivent mal sont dysgraphiques ?

Non, rassurez-vous.

La dysgraphie concerne les enfants qui malgré la progression scolaire, la maturité neurologique n’arrivent pas à automatiser leur geste graphique.

Est-ce un handicap lourd ?

Il y a différents degrés de dysgraphie et 5 catégories: les raides, les mous, les impulsifs, les maladroits et les lents et précis.
La dysgraphie est un trouble de l’apprentissage dans la catégorie des expressions écrites. Dys signifie en grec “handicap” et graphia, écrire des lettres.
La dysgraphie est fréquemment associée à la dyslexie qui engendre une mauvaise analyse visuelle.
La dysgraphie entrave l’évolution de l’enfant et peut engendrer une perte de confiance et d’estime de soi. Ainsi la lourdeur ou gravité de la dysgraphie chez l’enfant dépend du traumatisme qu’elle engendre dans ses apprentissages et son cheminement personnel.

 

Pour aller plus loin :

Tester gratuitement l'écriture de mon enfant

Recommended Posts